Un cours d‘eau c’est quoi ?

Un cours d‘eau c’est quoi ?

D’après l’article 215-7-1 du code de l’environnement : « Constitue un cours d’eau un écoulement d’eaux courantes dans un lit naturel à l’origine, alimenté par une source et présentant un débit suffisant la majeure partie de l’année. L’écoulement peut ne pas être permanent compte tenu des conditions hydrologiques et géologiques locales. »

Plus simplement, c'est :

  • Un chenal dans lequel s’écoule une eau douce
  • Qui s’écoule à travers un territoire pour se jeter dans une autre rivière, dans un lac ou dans la mer
  • Une rivière n’est donc jamais isolée, elle est reliée à une série de cours d’eau qui sont compris dans son bassin versant
  • Les rivières sont des agents d’érosion, car les sédiments arrachés à un endroit sont transportés plus bas pour se déposer lorsque le courant faiblit.
  • Les rivières sculptent donc le paysage au fil des ans
  • Lorsqu’il se jette dans un autre cours d’eau, on parle alors d’affluent

Les zones distinctes d'une rivière

  1. Le lit, où l’eau s’écoule
  2. La rive, qui est le terrain qui borde la rivière. Elle commence au sommet de la berge et se rend jusqu’au bord de l’eau
  3. La berge, où l’on peut trouver le sable, l’argile, les roches et un peu de végétation
  4. La bande riveraine, où l’on retrouve une végétation diversifiée de plantes, arbres et arbustes

L'environnement des cours d'eau

Une rivière est un corridor biologique où vivent et se nourrissent de nombreuses espèces végétales et animales. On y trouve des poissons et plusieurs invertébrés, en particulier des insectes.

Lavoir-des-Nouailles-argence

Les bactéries

Elles jouent un rôle important dans la décomposition des feuilles, des branches et des débris animaux et assurent ainsi une bonne qualité d’eau. Leur action permet le recyclage des éléments nutritifs pour le bénéfice des organismes vivants qui habitent les rivières.

Les végétaux (algues et plantes)

Ils sont à la base de toute chaîne alimentaire. Ils sont les seuls producteurs de la chaîne alimentaire, les autres sont plutôt des consommateurs. Il y a en premier lieu les algues microscopiques (plancton végétal) qui se développent davantage là où la température est chaude et où le courant de la rivière est lent. Ensuite il y a les algues et les plantes aquatiques qui peuvent soit flotter, s’enraciner dans le sol ou s’accrocher aux roches.

Les invertébrés

La plupart des invertébrés sont des insectes de toutes sortes de formes selon le type d’habitat où ils vivent. La force du courant et la qualité des eaux détermine le type d’espèce qui habite certaines parties de la rivière : expl. : courant fort = organismes aplatis. On y retrouve aussi des petits crustacés, des mollusques et des vers aquatiques.

Les poissons, oiseaux et vertébrés

On retrouve dans les rivières différents types de poissons. Truites farios, anguilles, chabots, épinoches, brochets sont autant d’espèces ayant colonisés nos rivières. Parmi les vertébrés qui fréquentent les rivières et leurs abords, nous avons les rats musqués ou ragondins, les batraciens (grenouilles, crapauds, salamandre et tritons).

Sur l’eau, de nombreux oiseaux sillonnent les rivières (canards, martins pêcheurs, chevaliers, hérons, aigrettes, foulques, grèbes et bien d’autres).

Profil de cours d'eau

La ripisylve (ou ripisilve)

Dernière ce terme se cache tout simplement l’ensemble de la végétation que l’on trouve en bord de cours d’eau

Morphologie de cours d'eau

Représentation très schématique des échanges entre le ruisseau et sa nappe d’accompagnement en fonction des épisodes hydrologiques.

Le niveau moyen est proche du niveau de plein bord du chenal naturel. La nappe d’accompagnement reste à une cote élevée et contribue efficacement à alimenter le ruisseau en période sèche. Les crues sont freinées par la rugosité naturelle du fond et des berges et tamponnées par les débordements en lit majeur et par l’absorption des sols.

Le niveau du ruisseau est de la nappe est bas et n’atteint plus ses capacités de recharge maximales même en hautes eaux. Les débits forts sont rapidement transférés à l’aval accentuant la fréquence et l’amplitude des crues. Les étiages sont sévères par manque de recharge de la nappe et par l’élargissement du chenal.