L'ANGUIENNE

L’Anguienne est un petit affluent de la Charente qui la rejoint sur sa rive gauche en aval d’Angoulême. Longue de 13 à 15 km, cette rivière draine un bassin versant d’environ 30 km², qui présente une forme très allongée, étirée du sud-est vers le nord-ouest.

Situation

L’Anguienne ne possède pas d’affluents conséquents, sauf dans sa partie amont ou plusieurs petits vallons de rang 1 confluent pour former la rivière. La structure du réseau hydrographique est donc assez simple. Toutefois, tout au long de son cours l’Anguienne est alimentée par de nombreuses sources qui surgissent au pied des versants et dont les débits sont variés.

La vallée de l’Anguienne est relativement encaissée, au sein d’un plateau calcaire résistant, le cours d’eau circulant au pied de versants plus ou abrupts, formant parfois des cotes à-pics. Le commandement de ces versants est compris entre 30 et 60 m.

Le lit principal possède une pente de 7‰. Il se présente comme un petit chenal à section rectangulaire ou trapézoïdale selon les tronçons, de faible débitance.

Bassin versant - L'Anguienne

Cliquez sur l’image pour agrandir

Bassins versant - Cartographie SyBRA

Cliquez sur l’image pour agrandir

Linéaire

15 km

Débit

0,3m3/sec

Dernière crue

1982 - 32m3/sec

Profondeurs

Mini : 0,2m | Maxi : 1,5m

L'Anguienne - Amont du Petit Fresquet - Angoulême

Aménagements

L’Anguienne possède comme particularité d’avoir été aménagée depuis fort longtemps.

La plaine alluviale est constituée essentiellement par une surface plane de lit majeur qui s’étend dans l’axe central de la vallée. Il est constitué d’une matrice fine aux nuances variées (de l’ocre au brun), localement tourbeuse, dans laquelle se trouvent de nombreux cailloux anguleux qui proviennent des versants.

Sur les marges, une pente douce procède au raccordement avec les colluvions de pied de versant. La présence d’horizons tourbeux est liée à l’histoire géologique de comblement de la vallée lors de la dernière transgression flandrienne. Elle se traduit par une certaine imperméabilité d’où une saturation hydrique des sols rapide, et ponctuellement une tendance marécageuse (associée à des milieux écologiquement riches).

D’après les informations disponibles, la nappe alluviale serait située entre 0,6 et 1,2 m sous le terrain naturel.

L'Anguienne en images

Environnement, aménagement, …